Les étudiants optent à nouveau pour le secteur de l’événementiel

Après deux années de covid difficiles, le secteur de l'événementiel renaît, tant en B2C qu'en B2B. Les chiffres des inscriptions au département "Organisation et Management" de l'Arteveldehogeschool montrent que les étudiants de première année choisissent une fois de plus en masse pour "Event & Project Management". Les fédérations et agences événementielles accueillent ces étudiants à bras ouverts !

Maintenant que la pandémie du covid semble être tranquillement derrière nous, le secteur événementiel belge rebondit après deux années difficiles. Le nombre d'événements, tant B2C que B2B, augmente à nouveau et les carnets de commande des organisateurs d'événements se remplissent rapidement. C'est également ce que confirme Stijn Snaet de l'Event Confederation, l'organisation qui chapeaute les fédérations d'événements et qui a été fondée en pleine crise du covid. "Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une pénurie de personnel, conséquence de la pandémie", dit-il. "Cependant, des personnes bien formées sont indispensables pour maintenir la position forte de notre secteur au niveau international. Aujourd'hui, le secteur se porte bien, même si nous restons sensibles à la conjoncture. Il est donc de la plus haute importance que nous obtenions des mesures adéquates pour mettre rapidement la crise énergétique et l'inflation derrière nous."

Les étudiants eux aussi choisissent, une fois de plus, le secteur de l'événementiel en abondance. Le nombre d'inscriptions en "Event & Project Management" à l'Arteveldehogeschool, une spécialisation de "Organisation et Management", a augmenté de plus de 60 % pour l'année académique 2022-2023, passant de 110 étudiants de première année l'année dernière à 180 cette année. En outre, ces chiffres ne sont pas encore définitifs, car les étudiants peuvent encore s'inscrire plus tard dans l'année universitaire. Cette augmentation sans précédent intervient alors que le nombre de nouveaux arrivants avait considérablement diminué en raison de la crise du covid. Plus encore : depuis le début du programme de "Event & Project Management", c'est un record.

"Ces chiffres positifs confirment que le monde de l'événementiel reste malgré tout attractif", ajoute M. Snaet. "Plus important encore, une fois ces étudiants diplômés, nous pouvons combler les lacunes de nos entreprises. L'Event Confederation veut donc être un partenaire fort et solidaire des hautes écoles. Plus nous formerons les jeunes ensemble, plus vite ils trouveront leur voie chez nous."

Un programme d'études attractif

"C'est clair : le secteur est en train de revivre", déclare Frederik Loys, chef d'équipe de "Organisation et Management" à l'Arteveldehogeschool. "Il y a deux ans, les perspectives du monde de l'événementiel étaient régulièrement remises en question, rendant les étudiants réticents à sauter le pas. Notre groupe cible, les jeunes de 18 ans, n'a pas non plus eu l'occasion de vivre pendant deux étés l'expérience que créent un festival et d'autres événements. Cela, et le fait que la gestion d'événements n'est pas une matière dans l'enseignement secondaire, signifiait qu'il n'y avait pas d'incitations pour susciter l'intérêt pour l'organisation d'événements."

Mais cela a maintenant clairement changé. "Le secteur nous demande beaucoup de professionnels de l'événementiel enthousiastes", explique M. Loys. "Ces derniers mois, nous n'avons donc pas chômé, travaillant constamment à l'élaboration d'un programme d'études attrayant qui prépare les étudiants aux défis du secteur. J'oserais même dire que le programme d'études et les fédérations sectorielles n'ont jamais été en contact aussi étroit. Nous voulons répondre à l’appel du monde de l'événementiel de la meilleure façon possible."

Après une semaine d'introduction pour tous les étudiants de première année, des visites d'événements, des cours de formation des partenaires et des stages pratiques suivent immédiatement, en plus des cours. Les inscrits tardifs, qui souhaitent obtenir un deuxième baccalauréat en un an, par exemple, sont également les bienvenus.

"Les emplois sont là, maintenant il faut encore les gens"Matthias Lievens de New Balls Please

Chez New Balls Please aussi, l'agence événementielle gantoise qui organise actuellement les festivités de promotion de l'Arteveldehogeschool à l'ICC, ils savent de quoi s'occuper. "En ce moment, c'est la folie absurde", déclare Matthias Lievens, associé gérant. "La combinaison d'événements reportés à cause du covid et de nouveaux événements signifie que nous sommes confrontés à un automne rempli. Les réservations affluent, surtout de la part des grandes entreprises."

Mais M. Lievens met également en garde. "Notre préoccupation est l'année prochaine. L'économie est en difficulté, et cela nous affecte. Les budgets des entreprises sont sous pression, et un événement n'est donc pas la première priorité. De plus, pendant la crise de covid, les gens ont vu comment les choses peuvent être faites différemment : certains ne sortent plus aussi rapidement. Nous devons répondre à tout cela. Si je pense que tout ira bien sur le long terme ? Absolument. Les événements uniques qui rassemblent les gens ne disparaissent jamais."

Et pour ce long terme, M. Lievens envisage également de nouvelles forces. "Les emplois sont là, maintenant il faut encore les gens. L'exode auquel nous avons assisté pendant la crise doit être compensé. Nous avons besoin non seulement de personnes expérimentées, mais aussi de jeunes. Et des idées nouvelles."

Picture by Artevelde Hogeschool: https://www.orm.gent/post/5-redenen-waarom-event-project-management-nog-steeds-de-juiste-keuze-is